Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Algerie :En cinq ans: 620 harraga portés disparus

Publié le 13 Septembre 2015 par LADDH CHLEF in LADDH

Le traitement honteux réservé aux réfugiés
Le traitement honteux réservé aux réfugiés

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (Laddh) a révélé que plus de 620 migrants algériens sont portés disparus parmi les 13.000 harrag qui ont rejoint le continent européen au cours de ces cinq (5) dernières années.

La Laadh a rappelé aux pays de l’Union européenne (UE) la nécessité de respecter les principes des droits de l’homme et le meilleur traitement à l’égard des migrants, en attirant l’attention sur les mauvais traitements réservés aux réfugiés syriens, en refusant d’accueillir les non-chrétiens parmi eux.

La Ligue a exprimé ses vives craintes quant aux mauvais traitements que subissent les réfugiés et les migrants sur le sol européen, eux qui risquent leur vie pour traverser des barbelés, le déploiement des forces antiémeutes pour disperser les réfugiés qui se livrent à des risques de dormir à même le sol et à ciel ouvert, voire dans des endroits insalubres.

Le rapport de la Laddh relève également le racisme, le despotisme, la violation des droits de l’homme et le mauvais traitement qu’endurent les migrants clandestins.

De ce fait, la Ligue a insisté sur la nécessité de respecter les principes fondamentaux des droits de l’homme, jugeant que la réalité au sein du vieux continent est tout autre.

Houari Keddour, secrétaire national en charge des dossiers spéciaux au sein de la Laddh estime que la décision de la Belgique, de la Slovaquie, de la Pologne et de certains départements français de ne recevoir que les réfugiés syriens chrétiens est une preuve tangible de la réalité de l’Europe. Celle-ci, d’après le même rapport, bafoue les droits des réfugiés en procédant à leur sélection sur la base de leur appartenance religieuse.

En outre, il évoque la propagation du phénomène de la traite des êtres humains, considérée comme l’une des atteintes les plus insupportables aux droits de l’homme. Un phénomène qui dégénère près de 5 milliards d’euros par an, selon des statistiques d’Interpol.

La traite des êtres humains est considérée comme la troisième forme de trafic la plus répandue au monde après le trafic d’armes et le trafic de drogues.

Force est de rappeler que selon les chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’agence européenne « Frontex », environ 430 mille migrants ont rallié l’Europe au cours des huit premiers mois de l’année en cours, dont 2.850 ont perdu la vie.

Commenter cet article