Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Droits des enfants entre lois sans mécanismes et réalité du terrain

Publié le 17 Novembre 2016 par La LADDH

 

A l’occasion de la célébration du 27e Journée internationale des droits de l'enfant, qui coïncide avec le 20 novembre de chaque année, pour commémorer l’adoption par les Nations Unies de la Déclaration des droits de l’enfant et de la Convention relative aux droits de l’enfant.

 

C’est l’occasion idéale pour la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) , d’exprimer leur point de vue et brossé un tableau noir de la situation de cette catégorie fragilisée de la société sur la base de la réalité actuelle et le respect des engagements pris par le pays, en tenant compte des dispositions de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE) et les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

 

Dans ce contexte Mr. HOUARI kaddour secrétaire national charge des dossiers spécialisés de la LADDH profité de cette l'occasion de la célébration de la journée internationale des droits de l’enfant  pour expliquer qu'il semble clair que la promotion et le respect des Droits de l'Enfant ne doit pas rester un simple idéal, mais doit devenir une réalité au quotidien, que soient enfin reconnus les droits essentiels de l'enfant : droit à la protection, droit à la santé, droit au développement harmonieux, droit à la culture, droit à l'éducation , d’ailleurs la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH),a toujours accordé une place significative à l'enfant au sein de ses programmes et de ses activités, qui visent notamment au développement optimal de la personnalité dès la petite enfance .

 

A cet égard, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), tire la sonnette d’alarme sur les multiples agressions, dont enlèvements suivis d’assassinats, pédophilie, agressions sexuelles, violences familiales, maltraitance, infanticides, la mendicité, la contrainte exercée pour abandonner l’école, les maux dont souffrent les enfants en Algérie n’ont jamais fait autant l’actualité. Une actualité qui a plongé, ces dernières années, l’Algérie dans l’émoi.

Dans ce cadre, Mr. HOUARI kaddour secrétaire national charge des dossiers spécialisés de la LADDH présente un tableau noir, ce que disent les chiffres sur la situation de cette catégorie fragilisée de la société :

 

1.      Près de 5 800 enfants, âgés entre un et dix-huit ans, ont fait l’objet de violences, d’agressions physiques, d’abus sexuels, de meurtres ou d’enlèvements, perpétrés par des adultes, au cours de l’année 2015 ,selon la  Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN).

 

•        3542 ont fait l’objet d’agressions physiques

 

•        1536 ont été victimes d’agressions sexuelles

 

•        1536 autres ont subi différentes formes de maltraitances.

 

•        84 enfants auraient fait l’objet d’un kidnapping ou d’une tentative de détournement ; tans disque au cours de l’année 2016 en a enregistré plus 220 d’une tentative de détournement, dont 08 assassinat après leur kidnapping

 

•        20 auraient été victimes d'homicides volontaires (dont 4 filles et 16 garçons)

 

•        15 L'assassinat après leur kidnapping

 

2.      la délinquance juvénile a enregistré 4 247 affaires ayant impliqué 5 484 enfants dont 5 300 garçons et 184 filles.

 

3.      400.000 enfants non scolarisés en âge d'être scolarisés en Algérie

 

4.      200 000 enfants exploités dans le marché noir

 

5.      20.000 enfants résidant dans les rues, ces SDF à la fleur de l'âge

 

6.      45 000 sont sans identité connue.

 

7.      plus de 350.000 enfants souffrant d’un retard de croissance dû à la malnutrition.

 

C'est dans ce cadre, que la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) ,réaffirme  qu'il devient impératif de multiplier les efforts et de se concerter entre société civile, pouvoirs publics et toutes les institutions nationales et internationales qui s'occupent de la problématique des enfants, afin de mettre en place un système de protection des droits de l’enfant, qui permet de suivre la situation en Algérie.

 

 

A la lumière de ces donnes et les informations ,la LADDH mettre certains  Recommandations pour protection et de promotion les droits de l'enfant .

 

 

  1.          Revoir la loi sur l’enfant adoptée l’année 2015, en créant de mécanismes à même d’offrir une véritable protection contre les différents fléaux sociaux, du danger moral et physique, à commencer par les problèmes familiaux.

 

  1. Met en place un organe national de protection et de promotion de l’enfant, en sus d’énoncer des éléments de protection juridique de l’enfant.

 

  1.          Ouverture d'un dialogue national objectif sur la réalité de l'enfance dans l’Algérie et les moyens susceptibles de promouvoir cette situation.

 

  1.          élaborer une stratégique d'intervention dans la protection des enfants et soulever les contraintes et les insuffisances constatées en matière des droits de cette frange de la société.

 

  1. Ajoutent des consultations sur le terrain au profit des enfants, un processus ayant permis à tous les acteurs de faire un diagnostic sur la réalité de la protection et d'identifier les acquis et les dysfonctionnements dans ce domaine .

 

  1.          Identifier les points forts et les points faibles, ainsi que les défis et les priorités dans le but de contribuer au renforcement de la mobilisation des divers acteurs et à la réalisation de la convergence et la complémentarité entre les interventions des départements gouvernementaux, de la société civile, des partenaires internationaux, des familles et des enfants.

 

  1.  La nécessité d’impliquer des associations de la société civile et les associations de protection de l’enfance
Commenter cet article