Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

La LADDH écris au Président BARACK OBAMA Président des Etats Unis d’Amérique

Publié le 8 Janvier 2016 par La LADDH in Guantánamo

à la veille du quatorzième anniversaire de l'ouverture du centre de détention sur la base navale de Guantánamo
à la veille du quatorzième anniversaire de l'ouverture du centre de détention sur la base navale de Guantánamo

Alger le 09 janvier 2016

À Monsieur

BARACK OBAMA

Président des Etats Unis d’Amérique

Excellence Monsieur le Président,

Avec tous nos respects, à la veille du quatorzième anniversaire de l'ouverture du centre de détention sur la base navale de Guantánamo située à Cuba, le 11 janvier 2002 ,nous , la Ligue Algérienne pour la Défense des droits de l’Homme, nous avons l’honneur de vous exprimer notre grande inquiétude suscitée et profondément préoccupée sur les huit détenus Algériens qui sont maintenus en détention arbitraire depuis 14 ans ,sans avoir été jugés ni même inculpés , même les 17 ex détenus algériens a Guantánamo qui ont été libérés dénoncent les longues périodes de détention individuelle avec des différentes formes de torture, ils ont été privés de leurs droits fondamentaux, notamment de se défendre, d’avoir connaissance des preuves a charge et de pouvoir consulter un avocat et entrer en contact avec leur famille.

Dans ce contexte , la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme affirme que le camp de Guantánamo, symbole d'une décennie d'atteinte aux droits de l'homme et une tache d’ombre pour les consciences et les mémoires collectives, la prison Guantanamo est devenu le visage des responsables du département d'État des Etats Unis d'Amérique en pleine crise de confiance et de valeurs morales. Le chemin sera très long pour que les USA puissent gagner à nouveau la confiance des peuples qui ont longtemps cru que les fondements et les principes de justice étaient des valeurs sacrées chez les Etats-Unis d'Amérique.

Par ailleurs ,la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme alarmée par l’aggravation des difficiles conditions de détention et par le fait que les tribunaux militaires ne respectent pas les normes internationales des droits humains ,notamment le droit a un procès équitable

Monsieur le Président ,en dépit de votre engagement formel de fermeture de Guantanamo lors de votre discours aux Archives nationales en mai 2009,mais quatorze ans après son ouverture, le centre de détention américain de Guantanamo, est toujours ouvert avec 107 détenus parmi eux huit (08 ) algériens tel-que Ali Abdelrahman Abdelrazak , Barhoumi Sofiane et les autres algériens..

Monsieur le président , la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme rappel votre l’honneur que l’article 9 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP) interdit les arrestations et les détentions arbitraires et stipule que «Nul ne peut être privé de sa liberté, si ce n’est pour des motifs, et conformément à la procédure prévus par la loi». Ce même article garantit le droit à toute personne arrêtée d’être informée des raisons de cette arrestation et des accusations portées contre lui, d’être « traduit[e] dans le plus court délai devant un juge» et d’être jugée « sans délai» ou libéré(e). Dans son observation générale n° 8, le Comité des droits de l’Homme précise que les détenus doivent être présentés devant un juge dans les plus brefs délais. Le droit à un procès équitable est par ailleurs compromis lorsque l’accès rapide et régulier à un avocat est refusé, une protection primordiale contre des abus tels que la torture et les aveux obtenus sous la contrainte.

Monsieur le président, quatorze ans dans détention sans jugement dans un pays gouverné par un prix Nobel de la Paix, pour des héros qui ont lutté contre le terrorisme, vous trouvez cela normal ?

Monsieur le président, il grand temps les Etats-Unis qu’ils arrêtent de jouer les hypocrites en s’auto proclamant garants de la démocratie tout en en bafouant les principes fondateurs.les Etats-Unis doivent maintenant arrêter de se considérer comme une nation supérieure, supérieure aux autres et surtout supérieure aux droits et conventions internationales !

Monsieur le président, nous tenons par ailleurs à vous informer que l'année 2016, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme sa priorité absolue au niveau international sera la libération les huit algériens détenus au centre de détention de Guantanamo, allez-vous attendre un tollé du monde entier contre cette monumentale injustice pour libérer ou bien un procès équitable de nos 08 détenus algériens ?

Monsieur le président, nous vous demandons également d’ouvrir une enquête impartiale et indépendante sur les allégations de torture subies par ex détenu Algérien Djamel Ameziane ,il a accusé ses gardiens d´avoir pratiqué sur lui la technique d´interrogatoire dite de la planche à eau, et les autres détenus et de traduire en justice les responsables

Nous vous exhortons Monsieur le président a mettre un terme à cette parodie de justice, ainsi mettre fin aux détentions de Guantánamo d'une manière totalement conforme au droit international relatif aux droits humains, et fermer en urgence ce centre de détention. Ils doivent en outre veiller à ce que des enquêtes approfondies et impartiales soient menées sur toutes les allégations de violations des droits humains, afin de traduire les responsables de ces violations en justice et offrir une réparation aux victimes.

Espérant une réaction rapide de votre part, recevez, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments humanistes les plus sincères.

Copie Transmis pour l’information

  1. A Monsieur le secrétaire général des Nations unies Ban Ki- moon
  2. A Monsieur. Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme
  3. A Monsieur Abdelaziz Bouteflika le Président de la République algérienne
  4. Madame Joan Polaschik, l’ambassadeur des Etas – Unis d’Amérique en Algérie
  5. Aux Organisations Non Gouvernementales (ONG) des droits de l'homme
  6. Aux Médias de Masse (presse écrites, presse électroniques, TV, Radios).

P/ Bureau National

Secrétaire National chargé des dossiers spécialisés

HOUARI Kaddour

Commenter cet article