Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Les essais nucléaires français au Sahara sont des crimes contre l’humanité et l’environnement

Publié le 28 Août 2015 par LADDH CHLEF in essais nucléaires

Les essais nucléaires français au Sahara
Les essais nucléaires français au Sahara

Comme chaque année depuis 2009, les Nations Unies marquent le 29 août par une Journée internationale contre les essais nucléaires. A cette occasion, la LADDH attire l’attention de l’opinion public national et international pour qu’ils prennent connaissance sur l’ampleur des expériences nucléaires durant 1960 jusqu’à 1966 en Algérie et des effets néfastes qui persisteront a nuire et se transmettre de génération en génération durant les années a venir en Algérie.

À cet égard , Mr HOUARI Kaddour Secrétaire National chargé des dossiers spécialisés de la LADDH rappelle qu’il est de notre responsabilité d'exiger que toute la lumière soit faite sur le dossier noir « les 57 expériences nucléaires en Algérie » et connaitre la vérité, qu’elle nous permettra de faire face aux effets des explosions, notamment le plutonium répondu dans l'atmosphère avec tout ses effets dangereux pour les milliers d'années à venir.

Dans ce contexte la ligue Algérienne pour la défense des droits de l'homme (LADDH) affirme que les expériences et les explosions nucléaires au Sahara algérien demeurent un parfait crime contre l’humanité et de ce fait restera imprescriptible donc voué à contraindre leurs auteurs à reconnaitre d’abord puis à réparer les dommages constatés

Par ailleurs Mr HOUARI Kaddour Secrétaire National chargé des dossiers spécialisés dénonce l'inconscience de la puissance française qui la pousser à utiliser comme cobayes des milliers d'algériens qui étaient sur place : des nomades, prisonniers et même quelques recrus de l'armée française, et ce a fin de mesurer la puissance de ces essais « expériences » et en étudier les effets destructeurs.

Dans ce cadre , Mr HOUARI Kaddour Secrétaire National chargé des dossiers spécialisés de la LADDH considère que 150 000 personnes sont potentiellement atteintes par ces essais qui se sont déroulés de 1960 à 1996, dont certains atmosphériques ,mais cette Arrêté du 22 septembre 2014 de la loi Morin ‘’ du 5 janvier 2010 relative à la reconnaissance et à l’indemnisation des victimes des essais nucléaires français , comme une véritable gifle a l’Etat Algérien ainsi qu’aux associations des victimes qui, depuis maintenant 10 ans, se sont battues et se battent encore pour une loi de réparation et de justice à l’égard des victimes militaires, civiles, algériennes, polynésiennes et françaises .

Mr HOUARI Kaddour rappel opinion national et international que le Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires (CIVEN) Civen a reçu 911 demandes d’indemnisation, seules 16 ont été accordées et malheureusement aucun algerien. « Le dispositif de la loi Morin est inopérant et freine la reconnaissance qu’il devait favoriser, Il est temps d’entendre d’autre voix que celles de cette fameuse Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires , la LADDH s’interroge comment parmi les 9 membres du (CIVEN), 08 personnes désignées par le pouvoir française et un (01) seul désigne par les combattants français par contre ,il n y as pas un seul algérien , si comme les 57 essais nucléaires en algérien faits au territoire française et non au Sahara algérien

Dans cette optique, la LADDH et les Associations victimes des essaies nucléaires souhaitons formuler les recommandations suivantes :

- Ouverture des archives militaires et cesser de ce protéger derrière le secret-défense "sur les essais nucléaires dans le sud du Sahara (algérien) dans les années 1960 et 1960 .

- Reconnaissance par la France de cet acte qualifié comme un crime contre l’humanité .

- Création d’un pôle d’observation des différents sites ayant servi aux essais nucléaires comme ce fut le cas pour l’Angleterre et ses sites en Australie .

- la France à assumer sa responsabilité en aidant à nettoyer les sites contaminés, la décontamination du sol et des nappes souterraines, qui constituent une bombe à retardement faisant peser une grande menace sur la santé publique, ainsi qu’à la création d’une structure de santé spécialisée dans le traitement des maladies cancéreuses causées par la radioactivité.

- Il est impératif de demander à la France l’ouverture des archives françaises, la remise des rapports médicaux établis par les médecins français ainsi que les cartes d’enfouissement, sans oublier de financer le centre de diagnostic et la prise en charge totale des malades .

- la Mise en place d’un registre du cancer dans les régions d’Adrar, Tamanrasset et Bechar.

- La LADDH demande au gouvernement Algérienne une meilleure prise en charge des personnes irradiées, la création d’une structure spécialisée de dépistage et de traitement, en vue d’épargner aux victimes de la radioactivité nucléaire les déplacements, sur plus de 1.500 km, vers les centres spécialisés du nord du pays .

- Création de centres médicaux spécialisés dans la médecine nucléaire, la sélection des personnes atteintes, le traitement des déchets nucléaires .

- La LADDH exige que la France doit facilite les démarches de ceux qui se considèrent comme victimes potentielles de ces essais, et ce, quelle que soit leur nationalité, pour faire valoir leurs droits.

- les victimes des essais nucléaires soient entendues et que des réparations soient prises à la mesure du préjudice subi dans leur santé.

- Algérie doit acquérir la technologie de décontamination de la radioactivité .

- La Mise en place d’une commission scientifique afin de mener des études approfondies et des analyses concernant les personnes et l’environnement.

- Mettre des projets de développement au niveau des régions touchées.

Bureau National

Secrétaire National chargé des dossiers spécialisés.

HOUARI Kaddour

Commenter cet article