Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Un détenu Algérien dans le couloir de la mort à l’IRAK, il risque d'être exécuté à tout moment.

Publié le 14 Janvier 2015 par LADDH CHLEF in irak

le couloir de la mort à l’IRAK
le couloir de la mort à l’IRAK

Suite à l’appel de détresse lancé par la famille d’un ressortissant Algérien détenu en Irak le 10/01/2015 ,aux autorités algériennes et a Mr HOUARI Kaddour Secrétaire National chargé des dossiers spécialisés de la LADDH afin d’intervenir pour sauver son fils, qui croupisse depuis 2004 dans une prison Irakienne « EL-RASSASSI 4 » et qui vient de faire l’objet d’une condamnation , la LADDH réaffirme l’iniquité de ce procès qui s’est tenu en total mépris du droit pénal irakien et des obligations de l’Irak vis avis de la convention des droits civils et politiques .

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme exprime sa profonde préoccupation devant le nombre d'exécutions en Iraq depuis le rétablissement de la peine de mort en 2005 , la LADDH réitère sa ferme opposition à la peine de mort pour tous les délits et dans toutes les circonstances, considérant qu’il s’agit d’un traitement inhumain et d’une violation flagrante du droit inaliénable à la vie.

Selon un nouveau rapport publié le 20/ 10/2014 par la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) et le Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) il est indiqué que : « La MANUI et le HCDH ont à plusieurs reprises exprimé leurs préoccupations concernant les failles du système judiciaire iraquien », le même rapport relève également que « Les enquêtes et les poursuites judiciaires dans les cas de peine de mort ne respectent souvent pas les normes internationales et constitutionnelles d'une procédure régulière et d'un procès équitable ».

D’autre part le rapport souligne aussi que «Dans plus de la moitié des procès impliquant la peine de mort suivis par la MANUI, les juges ont systématiquement refusé de prendre en compte les allégations concernant l'utilisation de la torture pour contraindre les accusés à faire des aveux. Dans presque tous les cas, les juges ont procédé à la condamnation à mort des accusés sur la base uniquement, ou essentiellement, d'aveux contestés ou de témoignages d'informateurs secrets ».

« L'application de la peine de mort dans de telles circonstances comporte le risque de fautes graves et irréversibles de la justice, car les gens innocents peuvent être exécutés pour des crimes qu'ils n'ont pas commis. Le déni de justice ne sert ni les victimes d'actes de violence, de terrorisme et leurs familles, et risque de coûter la vie à des personnes innocentes ».

La LADDH rappel l'opinion National et internationale, que le gouvernement irakien a appliqué la peine de mort contre un grand nombre de prisonniers dans le passé, notamment le prisonnier algérien Abdallah Belhadi Ben Ahmed originaire de la wilaya El Oued en 07 Octobre 2012.

Mr HOUARI Kaddour Secrétaire National chargé des dossiers spécialisés de la LADDH, réaffirme l’existence des contacts permanent et apporte au nom de la ligue son soutient aux familles des prisonniers algériens détenus en Irak.

La LADDH souligne à nouveau l’inertie de la diplomatie algérienne qui n'a pas fait suffisamment d'efforts pour régler l’affaire des prisonniers algériens incarcérés arbitrairement dans les prisons d’Irakiennes Malgré les appels répétés de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'homme et les familles des détenus en Irak. Pire le gouvernement Algérien continue de faire la sourde oreille et s’abstient de jouer son rôle de soutient et d’assistance auprès de ses ressortissants objets de telle injustice.

La LADDH relève par ailleurs les déclarations contradictoires des représentants et autres portes paroles de ministère des affaires étrangères : Mr , Abdelaziz Benali Cherif, porte-parole du MAE à l’ APS « Le dossier de libération des ressortissants algériens détenus en Irak constitue une priorité pour la diplomatie algérienne et figuré en bonne place à l'ordre du jour des discussions à différents niveaux avec le partenaire irakien» , par contre Mr Amar BELANI, l’autre porte parole du même ministère affirme quant à lui en date du 09/10/2012 à la même agence de presse a l’ APS « Nous condamnons cette exécution et nous déplorons fortement le fait que les autorités irakiennes n’aient pas donné, à ce jour, malgré les demandes réitérées et les convocations de l’ambassadeur d’Irak à Alger, les autorisations nécessaires sollicitées par l’ambassade d’Algérie à Bagdad au titre du droit de visite consulaire conformément aux dispositions de l’article 36 la convention de Vienne sur les relations consulaires » toute en ajoutant que « Nous exprimons notre incompréhension face à cette absence de coopération de la part des autorités irakiennes concernées auprès desquelles nous n’avons cessé de réclamer des informations officielles sur le nombre exact des prisonniers algériens, leurs identités précises, les motifs de leur inculpation et surtout les détails du déroulement des procédures judiciaires afin de nous assurer des normes applicables censées garantir leur droit à une défense équitable »

La LADDH dénonce à cet effet la gestion catastrophique et chaotique de la diplomatie algérienne pour récupérer nos ressortissants détenus arbitrairement en Irak, et souligne la nécessité d'un réexamen complet de la politique d’approche mener jusqu’ici par la diplomatie Algérienne, afin d'atteindre des résultats au niveau des aspirations des Algériens.

Au-delà des discours destinés à la consommation médiatique, la LADDH continue sa tache de pression sur les autorités algériennes et irakiennes pour les pousser à parvenir à une solution définitive qui mettra fin aux souffrances des prisonniers algériens détenus en Irak.

Toute en demandant aux autorités irakiennes d’annuler l’application de la peine de mort prononcé à l’encontre des ce détenu, la LADDH lance un appel à toutes et tous , aux citoyens soucieux du respect des droits humains d’agir maintenant pour sauver la vie de nos détenus en Irak et ailleurs . Le temps est compté. C’est un appel urgent. Nous devons agir immédiatement.

Commenter cet article