Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

Trois Algériens sur quatre considèrent que leur pouvoir d'achat diminue

Publié le 23 Janvier 2015 par LADDH CHLEF in Snapap

Le pouvoir d'achat
Le pouvoir d'achat

Un salaire minimum de 55 000 DA est nécessaire pour subvenir aux besoins d’une famille composée de cinq membres. Tel est le résultat d’une enquête rendue publique par le Syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (Snapap).

L’étude traite de plusieurs volets : la nutrition, le logement, l’énergie, l’habillement, la santé, la scolarité et la communication. Cette consommation minimale s’étale sur une période d’un mois. Pour le volet nutrition, l’étude fixe une consommation moyenne de viande à 1400 DA et celle de poulet à 700 DA (soit un kilo de viande et deux petits poulets par mois). Pour l’achat de 5 baguettes de pain par jour, le tarif mensuel est estimé à 1500 DA. Dans le détail, le Snapap évalue l’achat de 4 litres d’huile de table à 590 DA, 2 kg de tomates en conserve à 310 DA, 30 œufs à 335DA, 8 paquets de pâtes à 400 DA, des féculents à 700 DA, un sac de semoule de 25 kg à 1050 DA, 2 sachets de lait par jour à 1500 DA, un kilo de café à 580 DA, un kilo de thé à 120 DA, trois kilos de sucre à 270 DA, des produits laitiers à 540 DA, de l’eau et des sodas à 1000 DA.La part belle des dépenses est consacrée aux légumes, qui absorbent 6000 DA mensuellement.

En ce qui concerne le logement, l’étude table sur une moyenne de 15 000 DA le loyer par mois, et ce, pour un F3. C’est une moyenne nationale. Cependant, il est utile de préciser que dans les grandes villes, telles qu’Alger, Oran et Constantine, le loyer dépasse les 25 000 DA. Dans la capitale, il peut atteindre les 40 000 DA, toujours pour un F3. Pour l’électricité et le gaz, la moyenne fixée est de 1500 DA par mois. Relevons que l’étude n’a pas inséré les dépenses de carburant. S’agissant de l’habillement, le prix d’une tenue par personne, mais cette fois-ci par an, est fixé à 1166 DA, et pour les enfants entre 6000 et 10 000 DA. L’étude s’étale sur le volet santé/soins. Elle évalue trois visites chez le médecin, par personne et par an, de 50 à 1000 DA, du secteur public au privé. Une visite chez le dentiste est estimée à 250 DA.

Le prix des médicaments dépasse les 1250 DA et les produits d’hygiène 1500 DA. Quant à la scolarité, l’achat des fournitures est évalué à 1000 DA. Là aussi, c’est un référent national. Les frais de transports sont estimés à 3000 DA, la communication (téléphone de domicile et portable) à 2000 DA. En tout, l’Algérien devrait percevoir au minimum un salaire de 55 415 DA pour pouvoir répondre aux besoins élémentaires de la famille. Notons également que les auteurs de l’étude n’ont pas abordé le volet «loisirs».

Nous devons répéter que les problèmes sont d’ordre politique. Parallèlement à cette situation désastreuse qui touche la majorité, une minorité s’accapare de toutes les richesses dans l’ombre de la corruption financière. Si la dynamique syndicale a pu arracher des acquis, elle devra maintenant arracher des réponses qui permettent aux Algériens de sortir de ce cycle infernal en s’appuyant sur cette dynamique syndicale et en s’investissant personnellement pour construire une autre alternative économique.

Commenter cet article