Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

La LADDH CHLEF tire la sonnette d’alarme et dénonce la situation catastrophique des migrants

Publié le 17 Décembre 2014 par LADDH CHLEF in Migrants

18 décembre la Journée internationale des migrants
18 décembre la Journée internationale des migrants

Comme tous les bureaux de la LADDH, le bureau de la LADDH CHLEF célèbre le 14e anniversaire de la Journée Internationale des Migrants.

La LADDH CHLEF rappel que la journée du 18 décembre, est la date choisie par l’ONU pour attirer l’attention sur une convention adoptée par l’assemblée générale des Nations unies le 18 décembre 1990 . La Journée internationale des migrants est officiellement célébrée à travers le monde le 18 décembre de chaque année depuis l’an 2000, d'ailleurs l'Algérie a ratifié la Convention internationale des Migrants le 21 avril 2005.

C’est l’occasion pour la LADDH CHLEF de réaffirmer que la société civile et le Gouvernement Algérienne doit apprendre à accueillir l’autre par ce que des milliers migrants subsahariens de déférents nationalités ( plus 18 nationalités ) ainsi les syriens se trouvent en Algérie, fuyant de la misère et l’instabilité politique dans leur pays. Ils se sont réfugiés dans certaines régions du pays après avoir passé des semaines épuisantes dans le désert, en payant le prix fort.

Dans ce contexte la LADDH CHLEF affirme que les Migrants clandestine souffrent le martyr face au regard ingrat et au rejet de la société de ces migrants, subsahariens ou syriens ne sont pas reconnus comme étant des réfugiés, et même le gouvernement Algériens incapable de prendre en charge ces Migrants dans le cadre humanitaire.

D’ailleurs la culture des droits de l'homme n'est pas encore reconnue ni exercé par nos responsables , les récents évènements d'exode et de refuge des migrants africains a bel et bien dévoilé la fragilité des textes et des législations qui encadrent ce phénomène

La LADDH CHLEF attire l’attention l’opinion publique que presque dans toutes les wilayas du territoire national ces Migrants subsahariens et syriens entrainent de survivre au quotidien dans un environnement très hostile à leur encontre et dans des conditions inhumaines , il vivaient le calvaire de la famine et le froid , leurs enfants abandonnés dans les lieux publics , aux bus de transport public , ils demandaient la charité ,sans parler de la scolarisation des enfants livrés à eux même .

Et le pire de ça de cette situation qui a profite beaucoup aux entrepreneurs et agriculteurs qui les exploitent à un prix modique .

La LADDH CHLEF tire la sonnette d’alarme que des atteintes aux Droits de l’Homme les plus fondamentaux tels que le droit de se nourrir, de se laver, de se vêtir, de s’abriter, de se soigner, faites aux migrants.

D’ailleurs l'année passer en 2013, la LADDH CHLEF alerté de manière répétée le pouvoir public dans la wilaya de CHLEF sur la situation des migrants subsahariens et syriens dans notre wilaya par l’absence de prise en charge des migrants subsahariens et syriens pour un logement temporaire pour les migrants avec le niveau minimal d'une vie décente : (nourriture, vêtements, soins ) encadrée par des compétences locales qui ont une connaissance des droits fondamentaux de l'homme ,et même la LADDH CHLEF elle a remarque inexistant des enfants scolariser sur tout le territoire de wilaya CHLEF .

La LADDH CHLEF dénonce aussi le complot des autorités nigérienne et algérienne combiné à l'encontre des ressortissants nigériens en Algérie contrairement au principe de non refoulement et au principe du choix de individu de quitter le pays y compris le sien .

La LADDH CHLEF dénonce l’externalisation de la politique de migration de l'union européen dans les pays tiers comme l'Algérie cette politique a commandé l'Algérie de son coté à creuser un tranché et de l'autre coté le Maroc à poser un grillage et ce pour arrêter le flux des migrants qui franchissent la frontière algero -marocaine .

La LADDH CHLEF affirme que chaque année plus 5000 expulsés Algériens (es) et reconduits vers l’Algérie à partir des pays européens .

La LADDH CHLEF dénonce également et demande la fermeture de l'agence "FRONTEX " créée par l'union européen dans le sens de contrôler le flux des migrants , néanmoins les actions de cette agence sont contraire aux normes universelles et aux conventions internationales en matière de libre circulation , le non refoulement ….etc

Les Recommandations de la LADDH CHLEF pour protéger les migrants :

- prise en charge les migrants subsahariens et syriens sanitaire et alimentaire.

- Trouver un logement temporaire pour les migrants avec le niveau minimal d'une vie décente : nourriture, vêtements, soins, encadrée par des compétences.

- inspection de travail doit contrôler l’exploitation des migrants à des somme modique .

- Protéger ces migrants contre le racisme et l’intimidation, l'exploitation sexuelle .....etc .

- Scolarisation des enfants de Migrants subsahariens et Syriens dans les Écoles .

- Prise en charge par les autorités ou par les institutions sociales des migrants algériens, du retour forcé au pays .

- Promouvoir un partenariat pouvoirs publics - société civile en matière d’activités d’assistance au travail et à l’intégration des migrants.

- Le Gouvernement doit Installer des bureaux Régionaux dans chaque région en collaboration avec du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR) et non seulement a Alger .

- le Gouvernement Algérien doit donner aux migrants en situation irrégulière une résidence temporaire jusqu'à légalisation de leur situation.

- instauration d'un cadre juridique qui répond aux aspirations des migrants en algerie.

- Les victimes de la traite et de l’exploitation extrême de travail irrégulier devraient avoir la possibilité d’obtenir une protection sociale sur la base de leur collaboration avec les autorités judiciaires pour l’identification et la poursuite pénale des criminels et leurs réseaux

Commenter cet article