Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La LADDH

La Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LADDH) est une association nationale à but non lucratif soumise aux dispositions de la loi 12/06 du 12 janvier 2012 relative aux associations. Elle a été créée en 1985 par un groupe de militants . Officiellement reconnue par les autorités, le 26 juillet 1989, après l’ouverture politique arrachée par les événements du 5 octobre 1988../ contact : laddhalgerie@gmail.com

La LADDH CHLEF tire la sonnette d’alarme sur la Situation des mères célibataires en Algérie

Publié le 18 Septembre 2014 par LADDH CHLEF in laddh

Mères célibataires
Mères célibataires

La Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH), a appelé le ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine à travailler pour l’amélioration de la situation de la femme en général et celle des mères célibataires en particulier.

L’appel en question se veut une sonnette d’alarme en direction des pouvoirs publics que la LADDH CHLEF lcompte sensibiliser au sujet de la situation lamentable des mères célibataires en Algérie, notamment dans la wilaya de Chlef, après que ces dernières, en compagnie de leurs enfants, aient tenté, dernièrement, de se suicider collectivement, en s’immolant devant le siège de la même wilaya.

la LADDH CHLEF consternée des discours onctueux de certains responsables quant aux avancées réalisées par l’Algérie en matière de protection des mères célibataires et autres femmes victime de violences ».

Ces discours, « ne reflètent guère l’image réelle ». Traçant un tableau noir de la situation de ces femmes, souvent rejetées par leurs familles et par la société qui en voient encore un déshonneur le fait qu’une jeune fille se retrouve enceinte avant son mariage et oubliant qu’elle est majoritairement victime de la monstruosité d’un « irresponsable » ou de la misère sociale, la LADDH CHLEF note « une certaine fragilité et une exclusion qui exposent ces mères célibataires à toutes sortes d’exclusion et de racisme ».

Plus, le parcours de ces « victimes est rempli de crises psychologiques traduites par une réalité humaine démolie, une ignorance et des conditions sociales lamentables ». Par ce suicide collectif par immolation, la LADDH CHLEF indique que ce geste désespéré a été envisagé « en guise de protestation à la négligence des autorités locales et pour exprimer leur ras-le-bol aux menaces d’exclusion d’un centre pour personnes âgées (…) ainsi que le recours à la coupure d’électricité et d’eau du lieu d’hébergement ». Pourtant, ce n’est pas uniquement l’acte de suicide qui a fait sortir la LADDH CHLEF de ses gonds, ce n’était que la goutte qui a fait déborder le vase. « Une enfance innocente et une femme souffrant des conditions de vie lamentables, en plus du regard méprisant de la société, la mère célibataire reste prisonnière de toute forme de violence et d’exclusion de la part d’un partenaire qui refuse de reconnaitre et d’assumer son acte, d’une famille qui s’en lave les mains et les rejette tout en dégageant toute responsabilité, d’une société qui ne tolère pas sa faiblesse et d’une loi qui ne la protège pas. S’impose alors la question : Quel est son tord ?», assène la LADDH CHLEF

La ligue préconise un certain nombre de points à commencer par garantir les droits socio-économiques et culturels des enfants, en harmonisant les lois et législations avec les conventions internationales en la matière ainsi qu’en créant une caisse spéciale qui sera chargée de distribuer une allocation mensuelle aux mères célibataires, en plus du droit à un toit décent. Comme elle appelle aussi à plus de coordination entre les départements ministériels de la Justice, la Santé et l’Education pour une meilleure prise en charge de cette frange de la société.

Commenter cet article